Top

Île Maurice

Par la rédaction

Rien ne se perd, tout se transforme

A l’aube de son trentième anniversaire, le fleuron de l’hôtellerie mauricienne s’est offert un lifting complet… Nouvelles suites, nouvelle déco, nouvelle table et nouveaux services. L’occasion de redécouvrir ce palace au style tropical où la beauté du paysage fait écho à la qualité d’un service hors pair. Bienvenue au nouveau Royal Palm…

royalpalm5 royalpalm3 royalpalm1

Ne l’appelez pas hôtel. Le Royal Palm est bien plus que cela. C’est une grande maison discrète, façon couture. Une maison où il fait bon vivre, venir et revenir. Alors quand il a fallu engager la grande rénovation de cette mythique adresse du groupe Beachcomber, le directeur général, Jacques Silvant, a usé d’arguments pour convaincre ses hôtes les plus fidèles. Il les a associés au choix des tissus et des couleurs, leur a garanti la même atmosphère intemporelle, et promis le même Royal Palm… en mieux.

Pour re-designer la maison, ce chef d’orchestre de l’hôtellerie a fait appel à la décoratrice Amélie Montocchio, installée sur l’île depuis plus de 10 ans. Tous deux, main dans la main, se sont lancés dans le pari risqué de redessiner le visage de ce lieu mythique, sans en trahir l’âme.

« Il a fallu féminiser le tout avec des lignes généreuses, adoucies de courbes et de rondeurs, colorer l’ensemble avec des bleu lagon, des rouge corail, des parme subtil et des verts tropicaux, suggérer l’île aux mille racines grâce au savoir-faire insulaire par quelques touches de rotin et de bois sculptés, des écrans ciselés entre moucharabieh et artisanat indien », explique Amélie, qui a dessiné la grande majorité des meubles, fabriqués sur l’île.

Côté nouveautés, la maison est passée de 84 clés à 69, promesse de toujours plus d’intimité, une piscine de nage aux courbes arrondies s’est lovée dans les jardins, une trattoria chic avec cuisine ouverte et produits 100 % italiens s’est invitée à la table et le yacht Royal Princess est venu compléter la flotte prestigieuse de l’hôtel pour larguer les amarres le temps d’une journée ou d’un peu plus.

Mais que les habitués soient rassurés : le nouveau visage du Royal Palm n’a rien enlevé à l’atmosphère si particulière qui habite les lieux. Le Royal Palm est resté cette parenthèse raffinée et élégante où l’esprit est au repos… total. Hirikesh, Tiga, Rebecca, Premlall et les 296 autres employés (pour 69 suites) s’occupent de tout. Car ici, que l’on soit star, illustre inconnu, tête couronnée, frimousse brune ou blonde, on répond à toutes nos exigences pour faire de notre séjour une expérience unique. L’heure des repas en est une…
Aux commandes des cuisines, un Français devenu depuis 12 ans mauricien de cœur et sans aucun doute d’esprit. Sa douceur, son talent et son inventivité ont permis à Michel de Mattèis de devenir Meilleur Ouvrier de France, avant de s’ancrer au cœur de l’océan Indien où il réinterprète la cuisine française aux couleurs et aux saveurs mauriciennes, grâce à des produits locaux, frais et sévèrement tracés. A déguster dans l’ambiance feutrée du restaurant gastronomique, La Goëlette, au mythique Bar Plage pour ses déjeuners à l’ombre d’un grand badamier ou façon room service au rythme des caprices.

Au Royal Palm, on savoure chaque instant. On se sent unique. On s’en souvient longtemps ! Alors, devant ce dégradé de bleus insolents, les senteurs de frangipaniers, d’hibiscus et d’anthuriums, le balancement vert et or des palmes de cocotiers au souffle des alizées, le dandinement des voiliers au loin, on oublie bien vite que cette grande maison s’est offert un lifting complet. Et c’est sans doute là sa plus grande réussite.

A partir de 670 € la suite avec petit déjeuner.
www.beachcomber-hotels.net


 

 

À découvrir également